Isolation de l’ossature bois

< Etape précédente Etape suivante >


La quantité et la qualité de l’isolant à utiliser est à définir à l’aide d’une étude thermique. La composition des parois doit être étudiée afin de supprimer tout risque de condensation au sein du mur tout en restant étanche à l’air.

Pose de l’isolation extérieure


Pose de l'isolation extérieure

On propose ici de poser un isolant rigide extérieur faisant aussi office de pare pluie. Les panneaux isolants sont fixés à l’aide de clous ou agrafes prévues pour la pose de matériaux isolants. Leur fixation sera ensuite rigidifiée par la pose de tasseaux verticaux.

Pose de l’isolation intérieure


Pose de l'isolation intérieure

On pose ici un isolant naturel semi-rigide entre les montants de l’ossature bois. Pas besoin de système de fixation, on rentre en force l’isolant entre les montants sans non plus trop le tasser (celui-ci peut perdre ses propriétés isolantes si le montage est mal réalisé).

Variante : Si vous avez choisi d’insuffler de l’isolation (ouate de cellulose par exemple), il faudra d’abord poser le panneau intérieur ou bien le pare vapeur et percer des trous afin de passer les gaines pour l’insufflation. Il faut ensuite correctement tout reboucher hermétiquement.

Pose du panneau intérieur


Pose de l'OSB intérieur

On vient clouer les panneaux de contreventement intérieur à l’aide de pointes annelées ou bien d’agrafes (un organe tous les 15cm au minimum, ces organes doivent être dimensionnés suivant les contraintes climatiques). Chaque rebord de panneau doit reposer sur une pièce de bois. Lorsque le panneau est en médium, les languettes doivent être bien emboitées dans les rainures des panneaux voisins. Lorsque le panneau est en OSB on laissera 4mm de jeu entre chaque panneau. Pour assurer l’étanchéité de la maison (lorsqu’on n’utilise pas de pare vapeur) il faut jointer les panneaux OSB (frein-vapeur) entre eux.


< Etape précédente Etape suivante >